jeudi 2 juillet 2015

La vérité expliqué en 11 minutes - Quel sera ton choix ?

Malgré la folie de ce monde, de la colère de Dieu sur ce monde impie, il ya une bonne nouvelle pour celui qui cherche la seul vérité. Il est encore temps de se repentir et se convertir au Christ.

Actes 3 : 19 "Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur", 2 Chroniques 30 : 8 "Ne raidissez donc pas votre cou, comme vos pères; donnez la main à l'Eternel, venez à son sanctuaire qu'il a sanctifié pour toujours, et servez l'Eternel, votre Dieu, pour que sa colère ardente se détourne de vous." 

Romains 10:17 Ainsi la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ. (Écoutez la Bible ici)

Quel sera ton choix ?

       

Pour suivre toutes les nouvelles eschatologiques via Google+ cliquer sur le logo si dessous. 


Résumé des événements prophétiques mondiaux - Juin 2015

Qui dira qu’une chose arrive, Sans que le Seigneur l’ait ordonnée? N’est-ce pas de la volonté du Très-Haut que viennent Les maux et les biens? (Lamentations 3:37, 38 LSG) 

Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive. (Mathieu 24:34)

Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d'échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l'homme. (Luc 21:36)



Voir aussi: Résumé des événements prophétiques mondiaux - Mai 2015 
 
Voir aussi: La grande tribulation: Juste avant le retour de Christ et l'enlèvement ?

Tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu, c'est celui de l'antéchrist

Examinez ce qui est agréable au Seigneur; et ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les. (Éphésiens 5:10-11 LSG)

Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile. Non pas qu’il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Évangile de Christ.

Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème! Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cette heure: si quelqu’un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème!

Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ. (Galates 1:6-10 LSG)

Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l'antéchrist, qui nie le Père et le Fils. (1 Jean 2 : 22)

et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu, c'est celui de l'antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde. (1 Jean 4 : 3)

Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne confessent point que Jésus-Christ est venu en chair. Celui qui est tel, c’est le séducteur et l’antéchrist. Prenez garde à vous-mêmes, afin que vous ne perdiez pas le fruit de votre travail, mais que vous receviez une pleine récompense. Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n’a point Dieu; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et le Fils.

Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas: Salut! car celui qui lui dit: Salut! Participe à ses mauvaises œuvres. (2 Jean 1:7-11 LSG)

jeudi 25 juin 2015

La prière importune - Paul Washer

Je ne crains pas de faire des erreurs dans ma vie de prière parce que je sers un Dieu de grâce. Mais Il y a quelque chose d'étonnant dans ce passage. Il dit, "Or la foi, c'est l'assurance des choses qu'on espère, la démonstration de celles qu'on ne voit pas." Or comment pouvons-nous faire cela ? Comment pouvons-nous avoir l'assurance ? La démonstration des choses qu'on ne voit pas? Il n'y a qu'une seule façon... la Parole de Dieu.

Nous ne devancerons pas ceux qui sont morts, Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection!

Toutes les paroles de ma bouche sont justes, Elles n’ont rien de faux ni de détourné; Toutes sont claires pour celui qui est intelligent, Et droites pour ceux qui ont trouvé la science. (‭Proverbes‬ ‭8‬:‭8-9‬ LSG)

2 Thessaloniciens 2:3  Que personne ne vous séduise d'aucune manière ; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition

Marc 13:24-27 Mais dans ces jours, après cette détresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances qui sont dans les cieux seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l'homme venant sur les nuées avec une grande puissance et avec gloire. Alors il enverra les anges, et il rassemblera les élus des quatre vents, de l'extrémité de la terre jusqu'à l'extrémité du ciel.

Daniel 7:21-22 Je vis cette corne faire la guerre aux saints, et l'emporter sur eux, -----> jusqu'au moment où l'ancien des jours vint donner droit aux saints du Très-Haut, -------> et le temps arriva où les saints furent en possession du royaume.

Apocalypse 20:4-6 Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main.--------> Ils revinrent à la vie...--------> C’est la première résurrection. Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection! 1 Thessaloniciens 4:16 Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d'un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. 1 Thessaloniciens 4:15 ...nous ne devancerons pas ceux qui sont morts  

Apocalypse 7:13, 14 Et l’un des vieillards prit la parole et me dit: Ceux qui sont revêtus de robes blanches, qui sont-ils, et d’où sont-ils venus? Je lui dis: Mon seigneur, tu le sais. Et il me dit: Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation; ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l’agneau.

1 Corinthiens 15:51 Voici, je vous dis ------> un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’oeil, à la dernière trompetteApocalypse 10:7 mais qu’aux jours de la voix du septième ange, quand il sonnerait de la trompette, ----> le mystère de Dieu s’accomplirait, comme il l’a annoncé à ses serviteurs, les prophètes. Apocalypse 11:15 -----> Le septième ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient: ------> Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ; et il régnera aux siècles des siècles. Apocalypse 5:10 tu as fait d’eux ------> un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. 

Ensuite vient la colère de Dieu!

Apocalypse 11:15-19 Le septième ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient : Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ; et il régnera aux siècles des siècles. Et les vingt-quatre vieillards, qui étaient assis devant Dieu sur leurs trônes, se prosternèrent sur leurs faces, et ils adorèrent Dieu, en disant : Nous te rendons grâces, Seigneur Dieu tout-puissant, qui es, et qui étais, de ce que tu as saisi ta grande puissance et pris possession de ton règne. Les nations se sont irritées; et ta colère est venue, et le temps est venu de juger les morts, de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints et ceux qui craignent ton nom, les petits et les grands, et de détruire ceux qui détruisent la terre. Et le temple de Dieu dans le ciel fut ouvert, et l'arche de son alliance apparut dans son temple. Et il y eut des éclairs, des voix, des tonnerres, un tremblement de terre, et une forte grêle.

Conclusion

2 Pierre 3:10 Le jour du Seigneur viendra comme un voleur; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les oeuvres qu'elle renferme sera consumée.

1 Thessaloniciens 5:4 Mais vous, frères, vous n'êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur

La seconde venue de Jésus Christ sur terre.

vendredi 19 juin 2015

Une moralité minimum? Retournez dans la monde! - Tim Conway

Au fond, ce que je veux dire par 'moralité minimum', ce sont les gens qui viennent tout le temps et qui demandent, "Qu'est-ce qu'il y a de mal à ça?" En d'autres mots, ils se demandent toujours jusqu'à quel point ils peuvent s'approcher du bord.

Les victimes des Dimes ! - Devons-nous payer la dîme oui ou non ? Que dit la bible sur la dîme ?

Ne laisser aucun pasteurs, prédicateurs vous imposer, et enseigner que vous devez payer la Dimes car sinon vous êtes désobéissants et que vous êtes exposer à la malédiction! Ceux qui enseignent ceci sont sois des ignorants de la parole de Dieu, ou des menteurs et des profiteurs ! Lisez votre Bible, la nouvelle Alliance et donner toujours en toute libéralité avec cœur, selon ce que vous pouvez donner, "en commençant par répondre au besoin de votre propre famille,  de votre père et mère, de la veuve et l'orphelin, etc"... Comme selon qu'il est écris dans la parole de Dieu !

Voici une excellente vidéo qui explique la pratique de la dîme dans plusieurs églises versus les offrandes à la lumière de la parole de Dieu. Le but des vidéos mis sur ce blog ne fait en aucun temps la promotion d'aucun hommes et dénomination quelconque, mais recherche plutôt de démontrer clairement la vérité en accord avec la parole de Dieu. Il ne faut jamais oublier que les écritures de la parole de Dieu est l'autorité final et non les dénominations et doctrines des hommes.

Les victimes des Dimes !

Par des Faux prophètes, Fanfarons, Cupide, Amis de l'argent, Voleurs et j'en passe...



Hébreux 7:5 Ceux des fils de Lévi qui exercent le sacerdoce ont, d'après la loi, l'ordre de lever la dîme sur le peuple, c'est-à-dire, sur leurs frères, qui cependant sont issus des reins d'Abraham;

Hébreux 7:12 Car, le sacerdoce étant changé, nécessairement aussi il y a un changement de loi.

Hébreux 7:18-19 Il y a ainsi abolition d'une ordonnance antérieure, à cause de son impuissance et de son inutilité, 19 car la loi n'a rien amené à la perfection,-et introduction d'une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu.

"2 Corinthiens 9 : 7-15 Que chacun donne comme il l'a résolu en son coeur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie."

2 Corinthiens 8 : 11-15 La bonne volonté, quand elle existe, est agréable en raison de ce qu'elle peut avoir à sa disposition, et non de ce qu'elle n'a pas. Car il s'agit, non de vous exposer à la détresse pour soulager les autres, mais de suivre une règle d'égalité : dans la circonstance présente votre superflu pourvoira à leurs besoins, afin que leur superflu pourvoie pareillement aux vôtres, en sorte qu'il y ait égalité, selon qu'il est écrit : Celui qui avait ramassé beaucoup n'avait rien de trop, et celui qui avait ramassé peu n'en manquait pas.

Romain 12:8 ...Que celui qui donne le fasse avec libéralité

Hébreux 13:16 Et n'oubliez pas la bienfaisance et la libéralité; car Dieu prend plaisir à de tels sacrifices. 

Lire aussi: Quelle offrande pour ton Dieu : La dîme ou les offrandes ? 

Lire aussi: Sous la loi de Moïse ou la loi de Christ ? - Nous ne sommes plus sous la loi !

L'Eglise et la dîme

Article de Henry G. Sheppard.

Les Chrétiens doivent-ils payer la dîme? Que dit la Bible?

L'Eglise du Nouveau Testament est-elle soumise à la pratique de la dîme ? Qu'est-ce que la Bible enseigne réellement à ce sujet ?

Que dit Dieu ?

Sur les plans matériel ou financier, nous ne pouvons rien donner à Dieu. C'est Lui qui a créé l'univers et qui le soutient. Il possède déjà toutes choses. Même votre vie, et chaque battement de votre cœur, sont des dons de Dieu.

"A l'Eternel la terre et ce qu'elle renferme, le monde et ceux qui l'habitent !" (Psaume 24 :1).

"Ecoute, mon peuple ! et je parlerai ; Israël ! et je t'avertirai. Je suis Dieu, ton Dieu. Ce n'est pas pour tes sacrifices que je te fais des reproches ; tes holocaustes sont constamment devant moi. Je ne prendrai pas de taureau dans ta maison, ni de bouc dans tes bergeries. Car tous les animaux des forêts sont à moi, toutes les bêtes des montagnes par milliers ; je connais tous les oiseaux des montagnes, et tout ce qui se meut dans les champs m'appartient. Si j'avais faim, je ne te le dirais pas, car le monde est à moi et tout ce qu'il renferme" (Psaume 50 :7-12).

"L'argent est à moi, et l'or est à moi, dit l'Eternel des armées" (Aggée 2 :8).

"Qui lui a donné le premier, pour qu'il ait à recevoir en retour ?" (Romains 11 :35).

Cette question est purement rhétorique, et ne nécessite aucune réponse, car la réponse est évidente ! Vous ne pouvez rien donner à Dieu, en croyant qu'Il finira par vous devoir quelque chose !

Il est vrai qu'il existe une loi spirituelle selon laquelle nous récolterons ce que nous aurons semé, et que nos œuvres bonnes seront récompensées.

Mais, contrairement à tous ceux qui enseignent la prospérité, vous ne pourrez jamais agir de manière à mettre Dieu en position de débiteur à votre égard !

C'est Dieu qui a créé l'univers. Il le soutient par la Parole de Sa puissance. Il n'a aucun besoin de votre argent. C'est VOUS que Dieu désire. Et Il veut que vous veniez à Lui avec une juste motivation et une juste attitude.

Quels sont les passages favoris des partisans de la dîme ?

Ceux qui enseignent la dîme s'efforcent de prouver par la Bible que Dieu a toujours exigé la dîme, bien avant qu'Il donne la Loi à Moïse. Nous allons donc étudier les passages bibliques favoris des partisans de la dîme.

Genèse 14 :18-20 : "Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin : il était sacrificateur du Dieu Très-Haut. Il bénit Abram, et dit : Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre ! Béni soit le Dieu Très-Haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains ! Et Abram lui donna la dîme de tout".

"Voyez-vous", disent-ils, "la dîme était déjà une pratique bien établie du temps d'Abraham !"

Mais il suffit de lire le contexte de tout ce chapitre pour voir qu'il n'en était rien.

La première des choses que vous remarquerez, c'est que le "tout" dont Abraham a donné la dîme ne lui appartenait même pas ! C'étaient des biens qui appartenaient aux gens qui étaient avec Abram, en particulier à Lot, neveu d'Abram, qui avait été capturé par plusieurs rois.

Abram et un groupe de ses serviteurs allèrent livrer le combat à ces armées puissantes, et remportèrent la victoire, contre toute attente humaine. Melchisédek reconnut que c'était Dieu qui avait accordé à Abram une telle victoire miraculeuse (verset 20).

Remarquez ce que déclare Abram aux versets 22 à 24. Il ne possédait aucun des biens qu'il ramena du combat. Bien qu'il ait possédé le droit d'avoir sa part du butin, il refusa d'exercer ce droit, et il dit au roi de Sodome : "Je ne prendrai rien de tout ce qui est à toi, pas même un fil, ni un cordon de soulier, afin que tu ne dises pas : J'ai enrichi Abram. Rien pour moi !" (verset 23).

Mais Abram donna à Melchisédek la dîme (10 pour 100) de tous les biens qui appartenaient à d'autres que lui, comme signe de reconnaissance envers Dieu, de la part de tous ceux qui avaient été miraculeusement secourus et délivrés de l'esclavage.

Cet événement ne s'est produit qu'une seule fois. On ne peut s'en servir pour en faire une doctrine. Il n'a donc rien à voir avec l'enseignement donné à l'Eglise aujourd'hui, selon lequel vous devez donner dix pour cent de tous vos revenus bruts à vos responsables spirituels !

Si ces responsables insistent pour que vous suiviez l'exemple d'Abram dans Genèse 14, allez donc chez eux, prenez 10 pour cent de tout ce qui leur appartient, et donnez-le à l'œuvre du Seigneur quelque part !

Genèse 28 : 20-22 : "Jacob fit un vœu, en disant : Si Dieu est avec moi et me garde pendant ce voyage que je fais, s'il me donne du pain à manger et des habits pour me vêtir, et si je retourne en paix à la maison de mon père, alors l'Eternel sera mon Dieu ; cette pierre, que j'ai dressée pour monument, sera la maison de Dieu ; et je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donneras".

"Voyez-vous", disent les partisans de la dîme, "la dîme était donc une pratique obligatoire, dès l'époque de Jacob, bien avant que la Loi soit donnée à Moïse !"

Mais lisez exactement ce que Jacob dit dans ce passage !

Il fit un vœu, une promesse. (La Bible ne dit d'ailleurs pas clairement s'il a bien tenu sa promesse).
  • Il s'agissait d'une promesse conditionnelle. Jacob fixa à Dieu cinq conditions :
  • Si Dieu est avec moi.
  • S'Il me garde pendant le voyage que je fais.
  • S'Il me donne du pain à manger.
  • S'Il me donne des habits pour me vêtir.
  • Si je retourne en paix à la maison de mon père.
  • ALORS, et seulement alors, il s'engagea à donner à Dieu 10 pour 100 de tout ce que Dieu lui donnerait !
Si c'est cela donner la dîme, alors sentez-vous libre de faire une liste de tout ce que vous désirez obtenir de Dieu et, une fois que vous aurez tout reçu (pour Jacob, c'était vingt ans après avoir fait son vœu), commencez à payer à Dieu ce que vous Lui devez (une fois tous les vingt ans !)

Quel était le but de la dîme dans l'Ancien Testament, sous la Loi ?

Dans l'Ancien Testament, sous la Loi de Moïse, il y avait quatre dîmes différentes :

1. Le peuple devait payer une dîme générale au bénéfice des Lévites.

"Je donne comme possession aux fils de Lévi toute dîme en Israël, pour le service qu'ils font, le service de la tente d'assignation" (Nombres 18 :21).

Toutes les tribus d'Israël, à l'exception des Lévites, eurent une possession géographique qu'ils reçurent comme leur "héritage". Mais les Lévites devaient accomplir une tâche particulière au sein de la nation. Ils devaient s'occuper du service dans la tente d'assignation. En compensation de ce service, ils devaient percevoir un "impôt sur le revenu" de 10 % des revenus de tous les Israélites.

Ces Lévites devaient en outre remplir les fonctions actuelles d'inspecteurs sanitaires, d'officiers de police, de magistrats, et d'enseignants.

Pour employer un langage moderne, les Lévites constituaient les "agents de la Fonction Publique". Leurs besoins étaient couverts par la perception de cette taxe de 10 % sur les revenus de toute la nation.

2. Les Lévites devaient payer la "dîme de la dîme", au bénéfice des sacrificateurs.

"L'Eternel parla à Moïse, et dit : Tu parleras aux Lévites, et tu leur diras : Lorsque vous recevrez des enfants d'Israël la dîme que je vous donne de leur part comme votre possession, vous en prélèverez une offrande pour l'Eternel, une dîme de la dîme ; et votre offrande vous sera comptée comme le blé qu'on prélève de l'aire et comme le moût qu'on prélève de la cuve. C'est ainsi que vous prélèverez une offrande pour l'Eternel sur toutes les dîmes que vous recevrez des enfants d'Israël, et vous donnerez au sacrificateur Aaron l'offrande que vous en aurez prélevée pour l'Eternel. Sur tous les dons qui vous seront faits, vous prélèverez toutes les offrandes pour l'Eternel ; sur tout ce qu'il y aura de meilleur, vous prélèverez la portion consacrée. Tu leur diras : Quand vous en aurez prélevé le meilleur, la dîme sera comptée aux Lévites comme le revenu de l'aire et comme le revenu de la cuve. Vous la mangerez en un lieu quelconque, vous et votre maison ; car c'est votre salaire pour le service que vous faites dans la tente d'assignation" (Nombres 18 :25-31).

Tous les sacrificateurs étaient des Lévites, mais tous les Lévites n'étaient pas des sacrificateurs. Les sacrificateurs descendaient d'Aaron, et ils exerçaient des responsabilités particulières dans le service de la tente d'assignation, puis du Temple.

Cette seconde dîme offrait une garantie financière aux sacrificateurs, et assurait donc le bon fonctionnement du service du Temple.

3. Tous les Israélites devaient conserver une dîme de toute leur production, en prévision de leurs pèlerinages annuels à Jérusalem.

"Tu lèveras la dîme de tout ce que produira ta semence, de ce que rapportera ton champ chaque année. Et tu mangeras devant l'Eternel, ton Dieu, dans le lieu qu'il choisira pour y faire résider son nom, la dîme de ton blé, de ton moût et de ton huile, et les premiers-nés de ton gros et de ton menu bétail, afin que tu apprennes à craindre toujours l'Eternel, ton Dieu. Peut-être lorsque l'Eternel, ton Dieu, t'aura béni, le chemin sera-t-il trop long pour que tu puisses transporter ta dîme, à cause de ton éloignement du lieu qu'aura choisi l'Eternel, ton Dieu, pour y faire résider son nom. Alors, tu échangeras ta dîme contre de l'argent, tu serreras cet argent dans ta main, et tu iras au lieu que l'Eternel, ton Dieu, aura choisi. Là, tu achèteras avec l'argent tout ce que tu désireras, des bœufs, des brebis, du vin et des liqueurs fortes, tout ce qui te fera plaisir, tu mangeras devant l'Eternel, ton Dieu, et tu te réjouiras, toi et ta famille" (Deut. 14 :22-26).

Tout le peuple devait s'assembler trois fois par an à Jérusalem, l'endroit choisi par le Seigneur, à l'occasion des principales fêtes.

Ces fêtes devaient être l'occasion de se réjouir ensemble. Et Dieu avait prévu que tous puissent disposer de ressources suffisantes pour leur permettre de se réjouir pleinement. C'est pour cela que tous devaient mettre de côté 10 % de leurs productions agricolesannuelles. (NDE : La dîme n'était jamais payée en argent, mais toujours en nature).

Notez ce que dit le verset 27 suivant : "Tu ne délaisseras point le Lévite qui sera dans tes portes, car il n'a ni part ni héritage avec toi". Ce verset fait référence à la première dîme, qui devait être donnée aux Lévites. En d'autres termes, cette troisième dîme, destinée à être consommée au cours des fêtes annuelles, ne devait pas être confondue avec la dîme spécifique destinée aux Lévites.

4. Il fallait payer une dîme spéciale à l'intention des pauvres, des orphelins et des veuves.

"Au bout de trois ans, tu sortiras toute la dîme de tes produits pendant la troisième année, et tu la déposeras dans tes portes. Alors viendront le Lévite, qui n'a ni part ni héritage avec toi, l'étranger, l'orphelin et la veuve, qui seront dans tes portes, et ils mangeront et se rassasieront, afin que l'Éternel, ton Dieu, te bénisse dans tous les travaux que tu entreprendras de tes mains" (Deut. 14 :28-29).

Cette dîme était destinée aux pauvres, aux veuves et aux orphelins. Aujourd'hui, dans nos pays modernes, on appellerait cela la "Sécurité Sociale" ! Cette dîme devait être payée tous les trois ans. Elle concernait donc le tiers d'une dîme annuelle.

Toutes ces dîmes n'étaient pas des offrandes volontaires. Il s'agissait de véritables taxes. Le total de toutes ces dîmes payées par les Israélites représentait donc 23,3 % de leurs revenus annuels totaux. C'est un chiffre comparable à celui des impôts sur les revenus payés par les citoyens d'un Etat moderne.

"Apportez à la maison du trésor…"

"Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, afin qu'il y ait de la nourriture dans ma maison ; mettez-moi de la sorte à l'épreuve, dit l'Eternel des armées. Et vous verrez si je n'ouvre pas pour vous les écluses des cieux, si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance" (Malachie 3 :10).

C'est le verset favori de tous ceux qui enseignent la dîme ! C'est sur ce verset que repose l'essentiel de leur doctrine !

Mais si nous étudions ce verset de plus près, nous découvrirons quelque chose de très intéressant. Rappelez-vous qu'il existait quatre dîmes en Israël, dans l'Ancien Testament, sous la Loi. De quelle dîme s'agit-il donc dans le passage de Malachie ?

"Le sacrificateur, fils d'Aaron, sera avec les Lévites quand ils lèveront la dîme ; et les Lévites apporteront la dîme de la dîme à la maison de notre Dieu, dans les chambres de la maison du trésor" (Néhémie 10 :38).

Il s'agit du même mot hébreu dans les deux passages : "outsair". Le passage de Malachie concerne donc la dîme que devaient payer les Lévites, et non les dîmes dues par le peuple ! Malachie ne fustige donc pas le peuple en général, mais il reprend sévèrement les Lévites, qui ne payaient pas la dîme de la dîme !

Ainsi, quand vos enseignants modernes utilisent ce verset pour vous faire payer la dîme, ils ne se rendent pas compte qu'ils utilisent un passage qui devrait plutôt les concerner eux-mêmes. Mais la plupart d'entre eux sont trop ignorants pour reconnaître cette simple vérité !

Sous une malédiction…

Si vous voulez comprendre le Livre de Malachie, lisez Malachie 4 :4 : "Souvenez-vous de la loi de Moïse, mon serviteur, auquel j'ai prescrit en Horeb, pour tout Israël, des préceptes et des ordonnances". C'est le thème central de tout le Livre de Malachie.

Mais nous ne vivons plus sous la Loi de Moïse. Nous vivons sous la grâce qu'est venu nous offrir Jésus-Christ. Si vous décidez de vous soumettre ne serait-ce qu'à une seule des dispositions de la Loi de Moïse, vous allez avoir un problème sérieux !

"Car tous ceux qui s'attachent aux œuvres de la loi sont sous la malédiction ; car il est écrit : Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique" (Galates 3 :10).

Si vous décidez de vous attacher aux œuvres de la Loi, vous vous placez sous une malédiction, pour la simple raison que vous ne pourrez pas observer la Loi de Moïse. Si vous le vouliez, vous seriez alors dans la chair, et votre chair ne peut observer la Loi !

Le but de la Loi était d'agir comme un tuteur, comme un précepteur, "un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi" (Galates 3 :24).

Le premier "concile" de l'Eglise :

Il existait dans l'Eglise primitive certaines personnes qui voulaient forcer les païens qui se convertissaient à Christ à observer la Loi. Il s'ensuivit une controverse, qui aboutit rapidement à la réunion du premier "concile" de l'Eglise.

"Quelques hommes, venus de la Judée, enseignaient les frères, en disant : Si vous n'êtes circoncis selon le rite de Moïse, vous ne pouvez être sauvés. Paul et Barnabas eurent avec eux un débat et une vive discussion ; et les frères décidèrent que Paul et Barnabas, et quelques-uns des leurs, monteraient à Jérusalem vers les apôtres et les anciens, pour traiter cette question… Arrivés à Jérusalem, ils furent reçus par l'Eglise, les apôtres et les anciens, et ils racontèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux. Alors quelques-uns du parti des pharisiens, qui avaient cru, se levèrent, en disant qu'il fallait circoncire les païens et exiger l'observation de la loi de Moïse… Lorsqu'ils eurent cessé de parler, Jacques prit la parole, et dit : Hommes frères, écoutez-moi !… C'est pourquoi je suis d'avis qu'on ne crée pas des difficultés à ceux des païens qui se convertissent à Dieu, mais qu'on leur écrive de s'abstenir des souillures des idoles, de l'impudicité, des animaux étouffés et du sang". (Actes 15 : 1-2, 4-5, 13, 19-20).

Ce concile devait clairement répondre à la question posée au verset 5 : "Est-ce que des Chrétiens ont l'obligation d'observer la Loi de Moïse, qui inclut, bien entendu, le paiement des dîmes ?"

Quelle a été la réponse du concile ? Les païens qui se convertissaient à Jésus-Christ devaient simplement "s'abstenir des souillures des idoles, de l'impudicité, des animaux étouffés et du sang".

Est-ce que la dîme est comprise dans cette liste ? Absolument pas ! Ainsi, le premier concile de l'Eglise primitive a décidé clairement que les Chrétiens n'étaient pas soumis à l'obligation de payer les dîmes.

Jésus a-t-Il enseigné la dîme ?

"Mais malheur à vous, pharisiens ! parce que vous payez la dîme de la menthe, de la rue, et de toutes les herbes, et que vous négligez la justice et l'amour de Dieu : c'est là ce qu'il fallait pratiquer, sans omettre les autres choses" (Luc 11 :42).

Quand Jésus dit aux Pharisiens : "C'est là ce qu'il fallait pratiquer, sans omettre les autres choses", est-ce que cela signifie que les Chrétiens doivent payer la dîme ?

Regardez bien les paroles de Jésus dans leur contexte. A qui Jésus S'adressait-Il ? Aux Pharisiens. Qu'est-ce que les Pharisiens avaient de particulier ? Les Pharisiens se considéraient eux-mêmes comme "consacrés à la Loi". C'est ce que signifie le mot "Pharisien".

Paul était un Pharisien. Il dit, à propos de lui-même, qu'il était "irréprochable, à l'égard de la justice de la loi" (Philippiens 3 :6).

Jésus S'adressait donc à un groupe d'hommes qui se vantaient d'observer parfaitement la Loi. Le Seigneur leur dit qu'ils devaient continuer à faire cela, mais sans négliger la justice et l'amour de Dieu.

Jésus ne parlait donc pas à Ses disciples. Il ne leur a jamais imposé la dîme. Nous ne sommes plus sous la Loi. Nous sommes sous la grâce.

Lequel des deux a-t-il été justifié ?

Jésus nous a aussi parlé de deux hommes. L'un d'eux payait la dîme, et l'autre ne la payait pas :

"Deux hommes montèrent au temple pour prier ; l'un était pharisien, et l'autre publicain. Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain ; je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus. Le publicain, se tenant à distance, n'osait même pas lever les yeux au ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur. Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l'autre. Car quiconque s'élève sera abaissé, et celui qui s'abaisse sera élevé" (Luc 18 :10-14).

Qui donc fut justifié devant le Seigneur, celui qui payait la dîme, ou celui qui ne la payait pas ?

Les dîmes sont "corban".

"Il leur dit encore : Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition. Car Moïse a dit : Honore ton père et ta mère ; et : Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. Mais vous, vous dites : Si un homme dit à son père ou à sa mère : Ce dont j'aurais pu t'assister est corban, c'est-à-dire, une offrande à Dieu, vous ne le laissez plus rien faire pour son père ou pour sa mère, annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d'autres choses semblables" (Marc 7 :9-13).

Si votre argent peut servir à satisfaire les besoins de votre famille, mais que vous l'utilisez pour le donner à votre église en tant que "dîme", vous faites exactement ce que faisaient ces Pharisiens que reprend Jésus ! Vous dites que votre argent est "corban" ! En faisant cela, vous annulez donc la Parole de Dieu par votre tradition, comme Jésus le disait aux Pharisiens.

Que dit le Nouveau Testament en ce qui concerne l'argent et les dons ?

"Rendez à tous ce qui leur est dû : l'impôt à qui vous devez l'impôt, le tribut à qui vous devez le tribut, la crainte à qui vous devez la crainte, l'honneur à qui vous devez l'honneur" (Romains 13 :7).

Sur le plan des impôts que nous devons payer à l'Etat, rien n'est changé par rapport à l'Ancien Testament ! Nous devons toujours contribuer à financer la Sécurité Sociale et la Fonction Publique !

Mais, en ce qui concerne nos dons, nous devons reconnaître que nous appartenons entièrement au Seigneur, avec tout ce que nous possédons. Quand nous nous présentons devant Lui, nous ne devons jamais oublier cette vérité !

"Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable" (Romains 12 :1).

"Nous vous faisons connaître, frères, la grâce de Dieu qui s'est manifestée dans les églises de la Macédoine. Au milieu de beaucoup de tribulations qui les ont éprouvées, leur joie débordante et leur pauvreté profonde ont produit avec abondance de riches libéralités de leur part. Ils ont, je l'atteste, donné volontairement selon leurs moyens, et même au delà de leurs moyens, nous demandant avec de grandes instances la grâce de prendre part à l'assistance destinée aux saints. Et non seulement ils ont contribué comme nous l'espérions, mais ils se sont d'abord donnés eux-mêmes au Seigneur, puis à nous, par la volonté de Dieu" (2 Cor. 8 :1-5).

Tout ce que nous donnons découle donc de la qualité de notre relation avec le Seigneur.

Tout dépend de notre motivation.

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle" (Jean 3 :16).

La plupart des Chrétiens ne pensent pas à appliquer ce verset dans un contexte de dons financiers. Mais nous devons toujours donner en nous inspirant de la manière dont Dieu donne. Notez de quelle manière Dieu donne :
  • Sa motivation est l'amour.
  • En donnant Son Fils, le Père S'est donné Lui-même.
  • Dieu a donné pour répondre à notre besoin, pas à notre cupidité : "afin que quiconque croie ne périsse point".
En réponse à un besoin.

Nous devons donner en réponse à un besoin, pas pour répondre à la cupidité de ceux qui nous font des appels d'argent !

Aujourd'hui, les Chrétiens font l'objet d'incessantes demandes. Les professionnels de la religion qui les dirigent leur demandent sans cesse de leur donner des sommes toujours plus grandes, pour qu'ils puissent se payer des propriétés luxueuses, acheter les derniers modèles de voitures, voyager dans le monde entier, et se bâtir d'immenses empires financiers contrôlés par leur famille, tout cela, bien entendu, "pour la gloire de Dieu" !

Tous ces bâtisseurs d'empires ont bien soin de demander aux Chrétiens de verser la dîme à leur ministère, en les menaçant des pires châtiments de Dieu s'ils ne s'exécutent pas !

La Bible ne nous demande absolument pas d'encourager la cupidité de tels hommes. Elle nous demande plutôt de secourir les besoins véritables :

"Car il n'y avait parmi eux aucun indigent : tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, apportaient le prix de ce qu'ils avaient vendu, et le déposaient aux pieds des apôtres ; et l'on faisait des distributions à chacun selon qu'il en avait besoin" (Actes 4 :34-35).

"En ce temps-là, des prophètes descendirent de Jérusalem à Antioche. L'un d'eux, nommé Agabus, se leva, et annonça par l'Esprit qu'il y aurait une grande famine sur toute la terre. Elle arriva, en effet, sous Claude. Les disciples résolurent d'envoyer, chacun selon ses moyens, un secours aux frères qui habitaient la Judée. Ils le firent parvenir aux anciens par les mains de Barnabas et de Saul" (Actes 4 :27-30).

Remarquez que les véritables prophètes prédisent la famine ! Aujourd'hui, les faux prophètes modernes, dans beaucoup d'églises pentecôtistes ou charismatiques, prédisent toujours la "prospérité" et le "réveil" ! Ils poussent ainsi les assistants dans des enthousiasmes délirants, avant de les soulager d'énormes offrandes, sous prétexte de "soutenir leur ministère" !

A l'époque des Actes, les Chrétiens subvenaient à des besoins véritables.

Donner secrètement, et humblement.

"Gardez-vous de pratiquer votre justice devant les hommes, pour en être vus ; autrement, vous n'aurez point de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux. Lors donc que tu fais l'aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, afin d'être glorifiés par les hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu fais l'aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite, afin que ton aumône se fasse en secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra" (Matthieu 6 :1-4).

Le Seigneur nous demande de donner secrètement, et humblement.

Selon nos moyens.

"La bonne volonté, quand elle existe, est agréable en raison de ce qu'elle peut avoir à sa disposition, et non de ce qu'elle n'a pas" (2 Cor. 8 :12).

Si vous disposez de 10 dollars, et que vous devez 10 dollars à quelqu'un, et si, au lieu de payer votre dette, vous donnez votre argent à une organisation religieuse, Dieu n'acceptera pas votre offrande. Il ne la considèrera pas comme "acceptable".

Ne donnez que ce dont vous disposez réellement.

Et ne vous laissez pas avoir par tous ceux qui vous manipulent par leurs boniments, comme c'est le cas dans beaucoup d'églises pentecôtistes ou charismatiques, quand on vous demande de "donner par la foi, en croyant que Dieu va multiplier par cent votre don" ! La Bible dit clairement que le Seigneur considère de tels dons comme inacceptables !

Avec joie.

"Que chacun donne comme il l'a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte ; car Dieu aime celui qui donne avec joie. Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne œuvre, selon qu'il est écrit : Il a fait des largesses, il a donné aux indigents ; Sa justice subsiste à jamais. Celui qui fournit de la semence au semeur, et du pain pour sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de votre justice. Vous serez de la sorte enrichis à tous égards pour toute espèce de libéralités qui, par notre moyen, feront offrir à Dieu des actions de grâces. Car le secours de cette assistance non seulement pourvoit aux besoins des saints, mais il est encore une source abondante de nombreuses actions de grâces envers Dieu" (2 Cor. 9 :7-12).

Voici ce que la Bible nous demande de faire ici : Ne donnez que si vous êtes réellement heureux de donner !

Elle ne nous demande pas de donner plus que nous pouvons nous le permettre, en nous forçant à être joyeux de le faire !

L'expression qui résume le mieux ce que le Nouveau Testament nous demande de faire, quand nous donnons, est celle-ci : "Que chacun donne comme il l'a résolu en son cœur".

Dieu veut que vous donniez ce que vous voulez donner, et ce que vous donnez sans contrainte, avec joie. Si vous ne pouvez pas donner avec joie, ne donnez rien ! Dieu ne vous le demande pas, et Il n'acceptera pas un tel don !

Une offrande faite de bon cœur.

"Parle aux enfants d'Israël. Qu'ils m'apportent une offrande ; vous la recevrez pour moi de tout homme qui la fera de bon cœur" (Exode 25 :2).

Cette offrande était destinée à la construction du tabernacle. Ce tabernacle était la chose la plus importante de tout l'Ancien Testament. Dieu ne voulait accepter que les contributions de ceux qui étaient réellement heureux de les faire.

Dans le Nouveau Testament, rien n'a changé à cet égard.

La dîme, ou la "malédiction des rois".

"Il dit : Voici quel sera le droit du roi qui régnera sur vous. Il prendra vos fils, et il les mettra sur ses chars et parmi ses cavaliers, afin qu'ils courent devant son char ; il s'en fera des chefs de mille et des chefs de cinquante, et il les emploiera à labourer ses terres, à récolter ses moissons, à fabriquer ses armes de guerre et l'attirail de ses chars. Il prendra vos filles, pour en faire des parfumeuses, des cuisinières et des boulangères. Il prendra la meilleure partie de vos champs, de vos vignes et de vos oliviers, et la donnera à ses serviteurs. Il prendra la dîme du produit de vos semences et de vos vignes, et la donnera à ses serviteurs. Il prendra vos serviteurs et vos servantes, vos meilleurs bœufs et vos ânes, et s'en servira pour ses travaux. Il prendra la dîme de vos troupeaux, et vous-mêmes serez ses esclaves. Et alors vous crierez contre votre roi que vous vous serez choisi, mais l'Eternel ne vous exaucera point" (1 Samuel 8 :11-18).

Quand vous vous mettez vous-même sous la coupe de l'autorité spirituelle d'un homme, quel que soit son titre, qu'il soit Roi, "Führer", Pasteur ou Président d'une dénomination chrétienne, au lieu de vous soumettre à Dieu seul, vous finirez par :
  • Lui payer vos dîmes.
  • Etre pratiquement son esclave, et l'esclave de sa famille et de son organisation.
  • Vous éloigner de Dieu, qui n'écoutera pas vos prières.
Si Dieu finit par ne plus vous écouter, c'est parce que vous aurez placé votre foi dans un homme. Car s'Il exauçait vos prières, Il ne ferait que renforcer la confiance que vous placez dans la chair !

Qu'est-ce que la Bible enseigne réellement sur la dîme ?

En ce qui concerne l'Eglise, la Bible n'enseigne rien sur la dîme ! Ce sont des profiteurs spirituels qui enseignent fréquemment la dîme, car c'est une méthode qui leur permet de "tondre" facilement les brebis. Ne vous laissez plus séduire !

Source: http://www.latrompette.net/post/A240.dime.htm

Voir aussi: Quelle offrande pour ton Dieu : La dîme ou les offrandes ?

L'origine de la Dime

Dans la première partie de cet article, nous avons vu que la dîme d'Israël était de plus de 22% et que le peuple devait prendre soin des Lévites. De leur côté, les Lévites payaient la dîme en apportant 10% à la maison du trésor. C'est la dîme biblique. Le Nouveau Testament ne demande pas de dîme mais plutôt une offrande volontaire sous la nouvelle Alliance. Dieu ne mentionne pas un montant spécifique à l'Église. Il ne dit pas aux prophètes de mentionner au peuple d'envoyer une semence de $1,000. En fait, Jésus et les apôtres n'ont jamais utilisé le terme « semence » pour signifier de donner de l'argent.

Nous avons besoin de retourner dans l'histoire afin de découvrir quand la dîme a été établie pour ensuite pouvoir déterminer s'il s'agit d'une pratique pour l'Église aujourd'hui.

Dieu n'a pas ordonné à Adam de payer la dîme. Il n'est d'ailleurs pas écrit qu'Adam payait une dîme de sa propre volonté. Adam a enseigné Caïn et Abel à donner une offrande de sang et non quelque chose qui venait du travail de leurs mains (Genèse 4) , mais ils ne payaient pas de dîme. La Bible donne bien des détails de la vie de Job. Il offrait des sacrifices mais pas de dîme. Il est surprenant que les prédicateurs de prospérité ne déclarent pas que c'est la raison pour laquelle il était affligé et qu'il aurait dû donner quelque chose pour que l'attaque de Satan se retire. Cependant, la Bible est silencieuse à ce sujet.
Mais le fait demeure qu'il n'existe aucune mention de donner un dixième des biens à une personne, un prêtre ou à Dieu AVANT Abraham. Examinons attentivement ce premier incident afin de découvrir ce qui s'est réellement passé et s'il s'agit de l'origine de la dîme, comme le prétendent les enseignants de « la prospérité au moyen de la semence. »

ABRAM PAYAIT-IL LA DÎME  ?

Dans Genèse 14 , nous trouvons la première référence à la dîme et elle précède la Loi de Moïse. Il s'agit d'un événement unique qui est en lien avec une personne spécifique à un moment donné. Genèse 14 :17-20 « Après qu'Abram fut revenu vainqueur de Kedorlaomer et des rois qui étaient avec lui, le roi de Sodome sortit à sa rencontre dans la vallée de Schavé, qui est la vallée du roi. Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin ; il était sacrificateur du Dieu Très-Haut. Il bénit Abram, et dit : Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre ! Béni soit le Dieu Très-Haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains ! Et Abram lui donna la dîme de tout. »
La dîme est mentionnée ici pour la première fois dans la Bible. Est-ce qu'Abram a donné la dîme de tout ce qu'il possédait? Non. La première chose que nous découvrons est que le “tout” mentionné n'appartenait pas à Abram. Le « tout » était la propriété de d'autres personnes, incluant Lot, son neveu, qui fut capturé par les armées des rois. Abram donna 10% des biens d'autrui, du butin. Il s'agissait d'une offrande à Dieu au nom du peuple qui avait été miraculeusement secouru.

Regardons Genèse 14:16 “Il ramena toutes les richesses ; il ramena aussi Lot, son frère, avec ses biens, ainsi que les femmes et le peuple. »

Après avoir secouru Lot de l'alliance des rois avec Kedorlaomer, il a donné 10% du butin de guerre. Hébreux 7 :4 le répète : « Considérez combien est grand celui auquel le patriarche Abraham donna la dîme du butin.  » Une dîme provenait du labeur : Lévitique 27 :30 « Toute dîme de la terre, soit des récoltes de la terre, soit du fruit des arbres, appartient à l'Éternel ; c'est une chose consacrée à l'Éternel. » (Voir aussi Deutéronome 14 :22-23, 28 ; 2 Chroniques 31 :5-6).

Abram et son petit groupe de serviteurs sont allés combattre ces armées et ont gagné la bataille. Melchisédek, le grand prêtre de Salem, a reconnu que Dieu lui avait accordé cette victoire miraculeuse (v.20). Il n'était pas le propriétaire de ces biens avant le combat mais il était en droit d'hériter du butin en tant que vainqueur. Le roi de Sodome a même offert des biens à Abram. Genèse 14 :21-23 « Le roi de Sodome dit à Abram : Donne-moi les personnes et prends pour toi les richesses. Abram répondit au roi de Sodome : Je lève la main vers l'Éternel, le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre : je ne prendrai rien de tout ce qui est à toi, pas même un fil, ni un cordon de soulier, afin que tu ne dises pas : J'ai enrichi Abram. Rien pour moi ! Seulement, ce qu'ont mangé les jeunes gens, et la part des hommes qui ont marché avec moi, Aner, Eschcol et Mamré : eux, ils prendront leur part. »

Connaissez-vous quelqu'un qui agirait ainsi parmi ceux qui paient une dîme afin de prospérer ? Il a redonné le butin des rois ennemis à leurs propriétaires (90%).

Cet événement N'EST PAS une ordonnance de dîme mais une offrande volontaire. Abraham n'a jamais été enseigné par Dieu de donner un dixième et il n'avait pas découvert « la loi de la dîme » non plus. Par ailleurs, cet événement s'est produit UNE FOIS dans sa vie. Abraham n'a donc pas donné la dîme de son propre revenu, bien qu'il aurait pu car il était très riche. Notez aussi qu'il n'a pas passé son temps à revenir voir Melchisédek pour lui donner une dîme. L'idée de donner une dîme afin de recevoir davantage n'est pas appuyée par Abraham ; il possédait déjà beaucoup. Ceci n'a rien en commun avec le faux enseignement de « donner une semence de foi » ou de donner 10% de notre revenu brut à des hommes ou à des ministères oints afin de recevoir les bénédictions de Dieu. [NdT : Abram était déjà béni avant de donner cette dîme unique !] Si Abram était béni au moyen du système de la dîme comme certains le prétendent, pourquoi ne l'a-t-il donnée qu'une fois dans sa vie et ne l'a-t-il pas enseignée à ses fils ? Selon la Bible , la dîme n'est pas un commandement avant le temps de Moïse et ce fait est ignoré par les légalistes qui la requièrent et la soutirent au moyen d'un enseignement astucieux.

Abram a donné un dixième à Melchisédek avant la Loi de Moïse, dans un acte de foi, en remerciement pour sa victoire. Il ne s'agissait pas de son revenu. Dans Genèse 14 :20 , le terme Hébreu pour la dîme estma`aser , qui se traduit par « dixième » mais le terme « dixième » n'égale pas le montant de la dîme (bien qu'un certain type de dîme est de 10%) car la dîme entière pour Israël était beaucoup plus : 22%). Même si la dîme aurait existé avant la Loi , ceci ne prouverait pas davantage qu'elle devait se continuer après la Croix , lorsque la nouvelle Alliance a été établie. La dîme a été incorporée à la Loi de Moïse et servait à enseigner la nation à faire confiance à Dieu. Une dîme peut être le dixième de n'importe quoi. Dix pour cent des arbres fruitiers, des récoltes, de l'huile, du vin, du bétail, du terrain, etc. (selon 2 Rois 22 :15-18 ) et le peuple ne pouvait pas choisir ce qu'il voulait donner mais devait donner le meilleur de tout. Conséquemment, si quelqu'un avait un certain nombre de terrains, il devait donner le meilleur. S'il avait bâti sa maison sur ce terrain, il devait donner la maison. C'est ce qu'était la dîme selon l'enseignement de la Bible. (Proverbes 3 :9-10 ; Exode 23 :19 ; Deutéronome 18 :4 ; Nombres 18 :12-13). La prochaine fois qu'un enseignant de la prospérité sollicite « ce que vous avez de meilleur », demandez-lui ce qu'était « son meilleur » la semaine dernière.

Simplement parce que le terme « dixième » est mentionné, cela ne veut pas dire qu'il s'agit d'une dîme. Nous devons retourner au temps où Dieu l'a instituée et en a fait une loi pour le peuple. La Bible déclare que la Loi est venue par Moïse et non par Abraham. (Jean 1). Moïse a introduit la dîme à cause de la prêtrise et du système de sacrifices car Israël devait être une théocratie. (NdT : théocratie : « Régime politique dans lequel le pouvoir est considéré comme venant directement de Dieu et exercé par ceux qui sont investis de l'autorité religieuse. » ; dictionnaire Larousse).

Lévitique 27 :30 « Toute dîme de la terre, soit des récoltes de la terre, soit du fruit des arbres, appartient à l'Éternel ; c'est une chose consacrée à l'Éternel. »
Verset 34 : « Tels sont les commandements que l'Éternel donna à Moïse pour les enfants d'Israël, sur la montagne de Sinaï. »

Nombres 18 :21-26 « Je donne comme possession aux fils de Lévi toute dîme en Israël, pour le service qu'ils font, le service de la tente d'assignation. Les enfants d'Israël n'approcheront plus de la tente d'assignation, de peur qu'ils ne se chargent d'un péché et qu'ils ne meurent. Les Lévites feront le service de la tente d'assignation, et ils resteront chargés de leurs iniquités. Ils n'auront point de possession au milieu d'Israël : ce sera une loi perpétuelle parmi vos descendants. Je donne comme possession aux Lévites les dîmes que les enfants d'Israël présenteront à l'Éternel par élévation ; c'est pourquoi je dis à leur égard : Ils n'auront point de possession au milieu des enfants d'Israël. L'Éternel parla à Moïse et dit : Tu parleras aux Lévites, et tu leur diras : Lorsque vous recevrez des enfants d'Israël la dîme que je vous donne de leur part comme votre possession, vous en prélèverez une offrande pour l'Éternel, une dîme de la dîme ; »

La nation d'Israël vivait au moyen de l'agriculture et dépendait sur la pluie. La bénédiction de Dieu concernant la dîme était la provision de l'eau ; s'il ne pleuvait pas, ils souffraient de famine (Malachie 3). S'ils ne donnaient pas leurs dîmes, qui faisaient partie de la bénédiction conditionnelle sous l'alliance Mosaïque, Dieu envoyait la malédiction sur eux, la terre ne produisait pas de nourriture car Il ne permettait pas qu'il pleuve. La dîme était une obligation morale pour Israël afin que Dieu bénisse le travail de leurs mains.

JACOB PAYAIT-IL LA DIME ?

Genèse 28:20-22 «  Jacob fit un voeu, en disant: Si Dieu est avec moi et me garde pendant ce voyage que je fais, s'il me donne du pain à manger et des habits pour me vêtir, et si je retourne en paix à la maison de mon père, alors l'Éternel sera mon Dieu; cette pierre, que j'ai dressée pour monument, sera la maison de Dieu; et je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donneras. »

Est-ce que le fait que Jacob a donné un dixième à Dieu prouve que la dîme était mise en pratique avant Moïse ? NON. Jacob a simplement fait un vœu à Dieu, demandant Sa protection, de la nourriture et du vêtement et cette promesse était conditionnelle. La dîme n'était pas une action conditionnelle ; c'était comme une taxe pour la nation d'Israël. Dans ce cas-ci, comme pour celui d'Abram, il s'agit d'un événement unique dans la vie de Jacob. La dîme était quelque chose de régulier.
Dieu a introduit la dîme par Moïse à cause de la prêtrise, du système des sacrifices et du fait qu'Israël devait être une théocratie. Si la dîme avait été instituée avant la Loi , alors elle aurait été mise en pratique avant la Loi. La Bible dit que la dîme faisait partie de la Loi , 400 ans après Abraham. La Bible ne déclare pas qu'Abraham ni Jacob aient été commandés par Dieu de payer une dîme.

Si les Chrétiens doivent mettre la dîme en pratique de nos jours à cause d'Abraham, alors ils sont également dans l'obligation de pratiquer tout le reste qui s'est déroulé avant la Loi  ! La circoncision a été donnée à Abraham avant qu'elle soit incorporée dans la Loi de Moïse. Abraham et Jacob ont été circoncis sous l'ordre de Dieu. Alors si la circoncision était pratiquée avant la Loi , elle doit l'être après la Loi. Le principe d'observance de la dîme, comme certains l'enseignent, devrait s'appliquer aussi à la circoncision. Toutefois, le Nouveau Testament indique que la circoncision était sous la Loi et n'avait pas besoin d'être observée par les Chrétiens ; nous sommes circoncis dans notre cœur lorsque nous croyons en Jésus (dans Galates 3, Paul nous dit de ne pas observer la loi).

Dieu requiert-Il 10% de votre revenu aujourd'hui? (Souvenez-vous que la dîme n'était pas de l'argent – rarement). Le terme « dîme » est utilisé 13 fois dans la Bible et vous n'y voyez jamais qu'elle est en lien avec « l'argent ». Pour sa part, le terme « dîmes » - au pluriel – est utilisé 21 fois dans la Bible. Encore une fois, l'argent n'est pas mentionné. C'est devenu ainsi à cause du système que nous utilisons aujourd'hui.2 Chroniques 31 :4-5 « Et il dit au peuple, aux habitants de Jérusalem, de donner la portion des sacrificateurs et des Lévites, afin qu'ils observassent fidèlement la loi de l'Éternel. Lorsque la chose fut répandue, les enfants d'Israël donnèrent en abondance les prémices du blé, du moût, de l'huile, du miel, et de tous les produits des champs; ils apportèrent aussi en abondance la dîme de tout. »

Donner une dîme (une portion) n'était pas une pratique réservée à Israël. Dans l'histoire ancienne, elle était mise en pratique à travers le Moyen Orient. Elle servait de revenu pour le roi et son royaume, comme pour une taxe. Elle pouvait se donner régulièrement, volontairement ou être prescrite par la loi dans un pays quelconque. Les Égyptiens devaient donner un cinquième de leurs récoltes à Pharaon (Genèse 47 :24).Abraham, Jacob et d'autres étaient donc familiers avec ce principe puisqu'ils ont demeuré dans des pays étrangers. Cependant, la dîme n'avait pas encore été donnée comme commandement à la nation d'Israël.

Le montant total requis pour la dîme n'était pas de 10% (10% était dans le cas d'une dîme spécifique) mais de 22% pour la nation. Tous les biens étaient employés pour gouverner la nation. La dîme a été instituée par Dieu pour soutenir Israël en tant que nation théocratique. Ceci est différent que d'obéir aux lois de l'ancienne Alliance qui étaient pratiquées à cause du Temple et de la prêtrise. La dîme a été instituée pour le tabernacle, aux jours de Moïse, et non pour un édifice d'église. Le Temple était le seul endroit où les Israélites pouvaient adorer Dieu lorsqu'ils étaient dans leur territoire.

Nombres 18 :21 « Je donne comme possession aux fils de Lévi toute dîme en Israël, pour le service qu'ils font, le service de la tente d'assignation. »

Ce sont là les lois de l'ancienne Alliance qui ont été données aux Israélites pour faire des sacrifices d'animaux aujourd'hui. Des sacrifices d'animaux avec des offrandes ; des offrandes pour le péché, des offrandes pour la culpabilité, etc. Pourquoi nous enseigne-t-on que nous ne devons plus offrir des sacrifices d'animaux aujourd'hui mais que nous devons encore donner une dîme ? La Loi de Moïse était un bloc de lois qui ne pouvaient être dissociées. Ou bien nous gardons toute la Loi , ce qui nous retire de la nouvelle Alliance, ou nous nous séparons de toute la Loi et demeurons sous la nouvelle Alliance. Certains diront : Et qu'en est-il de Malachie 3 :9 ? Eh bien, si nous devons être maudits pour ne pas avoir gardé une partie de la Loi de Moïse, alors nous sommes maudits pour n'avoir pas gardé les 613 autres lois inclues dans la Loi.

LE NOUVEAU TESTAMENT: OFFRANDE OU DÎME?

La dîme était encore mise en pratique lors du ministère de Jésus sur la terre (Matthieu 23 :23 ; Luc 11 :42) pour la simple raison qu'Israël était sous la loi. La seule fois où Jésus a mentionné le sujet de la dîme était lorsqu'Il a réprimandé les leaders religieux: « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous payez la dîme de la menthe, de l'aneth et du cumin, et que vous laissez ce qui est plus important dans la loi, la justice, la miséricorde et la fidélité: c'est là ce qu'il fallait pratiquer, sans négliger les autres choses. » (Matthieu 23:23) Ici Jésus explique qu'ils ont négligé ce qui est plus important dans la loi: la justice, la miséricorde et la fidélité”. Il avait sûrement en tête l'idée d'aider ceux dans le besoin : (Deutéronome 14:27-28; 26:12) les pauvres et les étrangers parmi eux.

Chaque fois que le terme dîme ou dîmes paraît dans le Nouveau Testament, c'est toujours en référence à la loi de l'Ancien Testament. Sous l'ancienne Alliance, Dieu promettait des bénédictions à Israël pour son obéissance et des malédictions pour leur désobéissance aux commandements. Dans le Nouveau Testament, la nouvelle Alliance est établie ; payer la dîme est une désobéissance et donner librement est l'obéissance.
Il est vrai que de marcher par la foi apporte certaines bénédictions et que Dieu désire que nous le servions. En tant que croyants, nous recevons tous des bénédictions parce que nous sommes sous la grâce. La Bible enseigne même qu'à cause de la “grâce générale” de Dieu: «  …Il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. » (Matthieu 5 :45) Tous reçoivent donc des bénédictions, même s'ils ne payent pas une dîme. Mais qu'arrive-t-il lorsque nous sortons de la grâce pour nous mettre sous la loi ? (Nous ne pouvons vivre les deux en même temps Galates 3 :23-25 ; Hébreux 8 :13 ).

La loi nous a servi de pédagogue (Galates 3 :24) et nous pointait à Christ, qui est le médiateur de la Nouvelle Alliance , pour nous libérer de l'ancienne. C'est quelque chose de très sérieux que d'être ramené sous ce que Dieu a laissé inopérable en le remplaçant par la Nouvelle Alliance. La dîme appartient à la loi. Si vous payez la dîme selon la loi, alors vous agissez comme si la loi n'était pas abolie pour le croyant.

Actes 15 :1, 24 «Quelques hommes venus de Judée arrivèrent à Antioche. Ils enseignaient les frères, en disant: Si vous ne vous faites pas circoncire comme Moïse l'a prescrit, vous ne pouvez pas être sauvés.  (24) Nous avons appris que certains frères venus de chez nous ont jeté le trouble parmi vous et vous ont désorientés par leurs paroles. Or, ils n'avaient reçu aucun mandat de notre part.”

Dieu chercha à faire mourir Moïse parce qu'il n'avait pas obéi (Exode 4 :22-23) au commandement qu'Il avait donné à Abraham (Genèse 21 :4) i.e. de circoncire son fils. Mais il n'est jamais mentionné que Moïse ait obéi à un commandement de la dîme avant que les lois du Tabernacle et de la prêtrise soient données. Nous ne voyons aucune réaction de la part de l'Éternel à ce sujet. Pourquoi? Parce que le commandement de la dîme n'a pas été donné jusqu'au jour où les lois du Tabernacle et de la prêtrise furent données.
Pourquoi certaines personnes veulent-elles ramener à la vie les lois qui ont servi à pointer à Jésus-Christ en tant que Celui qui a accompli la loi et les prophètes ? Pourquoi certains divisent-ils la loi en morceaux au lieu de suivre TOUTES les lois données aux Israélites dans l'Ancien Testament ? Nous ne pouvons obéir qu'en partie à la loi en donnant la dîme (encore une fois 22% et non 10%). Nous ne pouvons obéir à cette loi en tant que croyants sous le Nouveau Testament car nous n'avons pas de temple ni de prêtrise Lévitique ; nous sommes sous un système complètement différent.

Les Chrétiens du Nouveau Testament n'ont pas à donner une dîme pour plaire à Dieu. Dieu regarde à l'intention de notre cœur et non au montant que nous donnons. Éphésiens 1 :3 « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis de toute sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ! » Nous avons les bénédictions PAR GRÂCE.

Ceux qui prônent la dîme pour l'Église ignorent son but et son histoire. Aucun Chrétien ne devrait être poussé à donner un moment quelconque pour recevoir les bénédictions de Dieu pour la simple raison qu'une telle attitude éloigne les gens de marcher dans la grâce et les amène sous la loi. Les Pharisiens payaient la dîme et examinaient ce que les gens donnaient ; ils ont continué à donner la dîme même après la naissance de l'Église. Mais l'Église ne payait pas la dîme.

1 Corinthiens 16:1-2 « Pour ce qui concerne la collecte en faveur des saints, agissez, vous aussi, comme je l'ai ordonné aux Églises de la Galatie. Que chacun de vous, le premier jour de la semaine, mette à part chez lui ce qu'il pourra, selon sa prospérité, afin qu'on n'attende pas mon arrivée pour recueillir les dons. » Notez que Paul mentionne « la collecte en faveur des saints ». Il ne s'agit pas nécessairement d'une dîme hebdomadaire mais d'une collecte pour ceux dans le besoin, situés dans une autre contrée. C'est une aide financière d'une église locale vers une autre. « Une contribution venant des plus riches pour soulager les plus pauvres » (note tirée de Adam Clarke's Commentary). « Une contribution ou une collecte d'argent dans un but charitable » (note tirée de Barner's Notes).
Et qu'en est-il des commandements d'aider les pauvres ? Au lieu de cela, nous entendons seulement parler du fait que nous volons Dieu si nous ne donnons pas la dîme…Toutefois, nous péchons si nous avons de quoi donner et ne le faisons pas, par pur égoïsme. Dieu préfère voir les gens servir et participer volontairement que de les voir agir sous compulsion.

1 Timothée 6 :18-19 « Recommande-leur de faire du bien, d'être riches en bonnes oeuvres, d'avoir de la libéralité, de la générosité, et de s'amasser ainsi pour l'avenir un trésor placé sur un fondement solide, afin de saisir la vie véritable. »
Galates 5 :13 « Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair; mais rendez-vous, par la charité, serviteurs les uns des autres. »

De nombreux besoins ne sont pas rencontrés dans nos assemblées. Nous avons besoin de donner aux frères dans le besoin et non seulement donner à de grands ministères afin qu'ils deviennent encore plus grands. Ils ne sont pas les seuls à faire l'œuvre de Dieu.
Le principe de la dîme dans l'Ancien Testament devait aussi bénéficier à ceux dans le besoin:
Deutéronome 26 :12 « Lorsque tu auras achevé de lever toute la dîme de tes produits, la troisième année, l'année de la dîme, tu la donneras au Lévite, à l'étranger, à l'orphelin et à la veuve; et ils mangeront et se rassasieront, dans tes portes. »
Deutéronome 14 :27-28 « Tu ne délaisseras point le Lévite qui sera dans tes portes, car il n'a ni part ni héritage avec toi. Au bout de trois ans, tu sortiras toute la dîme de tes produits pendant la troisième année, et tu la déposeras dans tes portes. »

Avez-vous vu un ministère, qui insiste sur payer la dîme, agir ainsi ? Pourquoi pas ! Puisque cela fait partie de la loi sur la dîme.

Écoutez-vous les télé évangélistes qui vous disent de semer votre semence afin que votre besoin soit rencontré? Des promesses, des promesses…

Paul a écrit: « Il y a, en effet, surtout parmi les circoncis, beaucoup de gens rebelles, de vains discoureurs et de séducteurs, auxquels il faut fermer la bouche. Ils bouleversent des familles entières, enseignant pour un gain honteux ce qu'on ne doit pas enseigner. » (Tite 1 :10-11)
Des façons très ingénieuses et imaginatives furent inventées pour soutirer de l'argent. Tetzel a été envoyé vers les gens pour ramasser des fonds afin de bâtir la Basilique St-Pierre en leur présentant la loi des indulgences ! [NdT : « Dans l'Église Catholique Romaine, l'indulgence (du latin ‘indulgere', ‘accorder') est la rémission totale ou partielle devant Dieu de la peine temporelle encourue en raison d'un péché. » -http://fr.wikipedia.org/wiki/Indulgence ] et il en est de même encore de nos jours. Toutefois, les Catholiques Romains n'avaient pas la Bible à lire dans leur langue maternelle. En ce qui nous concerne, nous n'avons pas d'excuses. Les paroles d'Osée sont pour nous : « Oui, mon peuple périt faute de connaissance, parce que vous, les prêtres, vous avez rejeté la connaissance… » (Osée 4 :6) Il s'agit de la connaissance biblique, naturellement.

Les croyants du Nouveau Testament ont le commandement de donner et non pas de donner la dîme. Le montant est entre l'individu et le Seigneur. Considérez l'histoire d'Ananias et de Saphira, son épouse, qui a été utilisée et abusée de maintes façons :

Actes 5 :1-4 « Mais un homme nommé Ananias, avec Saphira sa femme, vendit une propriété, et retint une partie du prix, sa femme le sachant; puis il apporta le reste, et le déposa aux pieds des apôtres. Pierre lui dit: Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton coeur, au point que tu mentes au Saint Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ? S'il n'eût pas été vendu, ne te restait-il pas? Et, après qu'il a été vendu, le prix n'était-il pas à ta disposition? Comment as-tu pu mettre en ton coeur un pareil dessein? Ce n'est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu. »
Il n'est pas question de dîme ici mais de la promesse d'une offrande volontaire qu'ils n'ont pas tenue. Ceci ne veut pas dire, comme certains le prétendent, que vous serez jugé à chaque fois que vous mentirez intentionnellement et qu'ainsi vous devez respecter vos vœux (bien que nous ne devrions pas avoir cette intention) surtout si vous avez été manipulé par des mensonges, des fables, et ainsi persuadé à garder un vœu.

Voici ce que Paul a écrit au jeune pasteur d'Éphèse, Timothée: « C'est, en effet, une grande source de gain que la piété avec le contentement; car nous n'avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n'en pouvons rien emporter; si donc nous avons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira. Mais ceux qui veulent s'enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. Car l'amour de l'argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments. Pour toi, homme de Dieu, fuis ces choses, et recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la patience, la douceur. » (1 Timothée 6 :6-11). Si quelqu'un parle constamment de Mammon, il ne sert pas Dieu. Nous ne pouvons servir deux maîtres.

PRINCIPES DE LA NOUVELLE ALLIANCE

La directive pour donner à Dieu et à Son oeuvre se trouve dans 2 Corinthiens 9:6-7 « Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment. Que chacun donne comme il l'a résolu en son coeur, sans tristesse ni contrainte; [NdT : sans compulsion, sans se sentir obligé] car Dieu aime celui qui donne avec joie. » Grâce veut dire liberté – loi veut dire obligation. Nous devrions donner à Dieu selon la prospérité qu'Il nous donne.

Les épîtres sont les enseignements pour l'Église. Elles contiennent plusieurs instructions, corrections et réprimandes. Aucune d'elles ne parle de payer la dîme pour l'Église. La dîme est mentionnée dans le livre aux Hébreux, qui a été écrit aux croyants Juifs dans le Messie et non aux églises des Gentils. Le terme « dîmes » se retrouve quatre fois dans Hébreux 7, plus que dans toutes les autres épîtres mises ensemble. (Hébreux 7 :5, 16 et 18). Le Nouveau Testament focalise sur le ministère de notre Grand Prêtre, Jésus-Christ., dont Melchisédek était un symbole (Hébreux 7 :2, 4-9). La dîme d'Abraham mentionnée dans Hébreux 7 sert à expliquer la supériorité de la prêtrise de Christ ; elle n'enseigne pas la pratique de payer la dîme dans l'Église.

Hébreux 7:5 « Ceux des fils de Lévi qui exercent le sacerdoce ont, d'après la loi, l'ordre de lever la dîme sur le peuple, c'est-à-dire, sur leurs frères, qui cependant sont issus des reins d'Abraham; » (Hébreux 7 :9-10) Seuls les fils de Lévi devaient recevoir des dîmes. Ceci veut dire que si nous n'avons pas une prêtrise Lévitique, nous n'avons aucun droit de demander des dîmes comme si elles étaient une obligation pour l'Église. En d'autres mots, la prêtrise Lévitique a été instituée avec le Tabernacle, et le Temple – et non avec l'Église. Dieu a donné une nouvelle prêtrise à l'Église – selon l'ordre de Melchisédek. Notez que ce qui était donné à cette prêtrise était une offrande volontaire des butins et non une portion du revenu d'Abram.

Hébreux 7 :11-12 « Si donc la perfection avait été possible par le sacerdoce Lévitique, -car c'est sur ce sacerdoce que repose la loi donnée au peuple, -qu'était-il encore besoin qu'il parût un autre sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek, et non selon l'ordre d'Aaron? Car, le sacerdoce étant changé, nécessairement aussi il y a un changement de loi.”

Hébreux 7 :16 parle d'une nouvelle prêtrise qui a été « instituée non d'après la loi d'une ordonnance charnelle, mais selon la puissance d'une vie impérissable. » Et au verset 18 « Il y a ainsi abolition d'une ordonnance antérieure, à cause de son impuissance et de son inutilité. » Il est intéressant de noter que les Juifs nés de nouveau étaient sous la grâce, tout comme les Gentils nés de nouveau, et ils se sont fait dire que la loi était abolie ! La prêtrise Lévitique n'était pas parfaite ; par conséquent, un changement de prêtrise était nécessaire ainsi qu'un changement de loi. Dans Hébreux 7 :5, la dîme est appelée une « ordonnance charnelle », selon la loi, à cause de son association à une prêtrise qui n'est plus en opération. La prêtrise de Jésus est supérieure, ayant la puissance d'une vie impérissable ; elle n'est pas en relation avec une alliance qui était temporaire (Hébreux 8 :13).

Le verset 18 indique qu'il y a abolition d'une ordonnance (d'un commandement) antérieur. De quelle ordonnance est-il question ? Celle écrite au chapitre 7, verset 19 : « car la loi n'a rien amené à la perfection … » (Ceci inclus le commandement des dîmes). La dîme est abolie, selon le Nouveau Testament. Suite du verset 19 : et [il y a] « introduction d'une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu. » Verset 22 : « Jésus est par cela même le garant d'une alliance plus excellente. »

Chaque individu a besoin de répondre à cette question: Vous désirez être sous quelle alliance?
A travers l'histoire de l'Église, plusieurs ont tenté d'appliquer des parties de la Loi de Moïse et de les incorporer dans la mise en pratique pour l'Église. Les Juifs ont essayé de Judaïser l'Église avec la circoncision et d'autres sections de la loi. Les Galates ont écouté les Judaïseurs, tout comme plusieurs écoutent ceux qui prêchent la dîme sous la loi de nos jours. La même parole s'applique : « O Galates insensés! Qui vous a envoûtés ainsi? Pourtant, la mort de Jésus-Christ sur la croix a été clairement dépeinte à vos yeux. Je ne vous poserai qu'une seule question: A quel titre avez-vous reçu le Saint-Esprit? Est-ce parce que vous avez accompli la Loi , ou parce que vous avez accueilli avec foi la Bonne Nouvelle que vous avez entendue? » (Galates 3 :1-2) Nous sommes sous la loi de l'Esprit, qui parle de liberté, et non sous la loi de l'Ancien Testament qui commande les dîmes et plusieurs autres choses.

Les mêmes personnes qui imposent leur fausse interprétation du verset “car la lettre tue mais l'Esprit vivifie” (2 Corinthiens 3:6) ramènent les gens sous la loi pour leur soutirer de l'argent afin d'avoir du support pour leur ministère. Ils créent de la confusion car ils ne dispensent pas droitement la Parole de Dieu. Les Pharisiens – qui aimaient l'argent – devinrent aveugles parce qu'ils élevaient leurs propres lois et leurs propres interprétations au-dessus de la loi de Moïse, et ils étaient stricts dans leur renforcement. Essentiellement, il en est de même aujourd'hui avec les nouveaux concepts et les nouvelles façons de faire en sorte que les gens se sentent obligés de donner (manipulation). Ils vont encore plus loin qu'auparavant ; ils parlent de « semences de foi ». La Bible n'enseigne rien à ce sujet. Les apôtres n'ont jamais enseigné à l'Église de planter une semence (d'argent) et de s'attendre à une récolte au centuple. Selon Jésus, la semence est la Parole de Dieu.
Ils sollicitent des fonds en demandant aux gens d'ouvrir leurs cœurs (ce qui veut généralement dire leurs portefeuilles) et de donner à l'œuvre que Dieu est en train de bénir si puissamment. Ils vous promettent : « Dieu vous bénira abondamment » ; « vous ne pouvez pas trop donner à Dieu » ; « vous récolterez au centuple » ; « donnez ce montant maintenant car l'onction est inhabituelle ici » ou « ce que Dieu me donne, Il vous le donnera aussi si vous devenez partenaire avec moi ».

La Bible déclare, dans Proverbes 21 :6 « S'enrichir par le mensonge, c'est obtenir une vapeur fugitive qui mène à la mort. » Votre coupe déborde lorsque vous entendez de tels mensonges et ces fausses promesses.
Vous observerez que ceux qui prônent le concept de « donner pour recevoir » utilisent l'Ancien Testament. Ils interprètent le nouveau à la lumière de l'ancien et non l'ancien à la lumière du nouveau. Dieu Se préoccupe de nos motifs et Il voit les gens utiliser Sa Parole pour un gain sordide. Nous avons besoin d'ouvrir nos yeux à la manipulation qui se déroule et faire remarquer aux autres qu'ils donnent leur argent à ceux qui s'achètent de nouvelles voitures, des avions, des maisons et qui vivent dans le luxe. Nous devrions aider les ministères, qu'ils soient grands ou petits, mais il est important de nous informer comment l'argent est distribué. Nous sommes supposés être des serviteurs et non vivre comme des rois. Prenez le temps d'y réfléchir ; lisez les Écritures et examinez la vie des apôtres et ce qu'ils enseignaient à l'Église.

Dans Exode 36, Moïse a demandé au peuple de faire des offrandes pour aider à bâtir le tabernacle mais il ne s'agissait pas de dîmes. Les gens donnaient volontairement et joyeusement. Ils ont donné si généreusement que Moïse leur a dit de cesser de donner. Avez-vous déjà entendu quelqu'un du camp de « la semence de foi » vous dire de cesser de donner ? Exode 36 :4-7 «  4 Alors tous les artisans habiles qui exécutaient tous les ouvrages du sanctuaire, interrompirent l'un après l'autre leur travail et vinrent dire à Moïse: Le peuple en apporte plus qu'il ne faut pour exécuter l'ouvrage que l'Eternel a commandé de faire. Là-dessus, Moïse fit passer dans le camp le mot d'ordre suivant: «Que plus personne, ni homme, ni femme, ne prépare d'offrande pour le sanctuaire.» Le peuple cessa donc d'en apporter, car les matériaux étaient en quantité suffisante pour l'ensemble des travaux à réaliser. Il y en avait même en surplus. »
Les croyants du Nouveau Testament vivent sous la grâce de donner et non l'obligation de donner. Ils ne doivent pas se laisser gouverner par les promesses de prospérité faites par ceux qui sont avides d'argent.
La majorité des églises pratique la dîme plutôt comme un principe. Ils font une distinction entre le support régulier de l'assemblée locale et donner davantage, selon la prospérité de chacun. Mais il existe des gens qui sont très légalistes et qui font de la dîme une preuve du salut. Ils condamnent les gens en leur disant qu'ils sont désobéissants. Ceci est de l'abus spirituel. La Bible dit clairement que nous devrions donner à l'œuvre de Dieu mais pas parce que nous sommes obligés de garder une loi de dîme qui se trouve sous l'ancienne Alliance.

Nous donnons en toute liberté. La nouvelle Alliance demande que nous donnions notre vie comme un sacrifice à Celui qui nous a rachetés et non 10% de notre revenu. (Romains 12 :1)
La loi n'est plus en opération (Hébreux 8 :13) ; nous sommes sous la grâce. Si vous devez garder la loi, alors vous devez garder TOUTE la loi. La loi et la grâce sont deux systèmes et deux alliances complètement différentes. Romains 8 :4 « Il l'a fait pour que la juste exigence de la Loi soit pleinement satisfaite en nous qui vivons, non plus à la manière de l'homme livré à lui-même, mais dans la dépendance de l'Esprit. »

Si vous ne donnez pas une dîme, est-ce un péché ? Si vous avez peu de revenus pour vivre, ne vous laissez pas mettre sous un joug de culpabilité par ceux qui vous amènent la peur du jugement. Encore une fois, rappelez-vous de 2 Corinthiens 9 :7 « Que chacun donne ce qu'il aura décidé en son cœur, sans regret ni contrainte, car Dieu aime celui qui donne avec joie. » Chacun devrait soutenir l'œuvre de son assemblée locale d'une façon quelconque, soit par leur service, par leur argent, par leur don ou leur talent. 1 Timothée 6 :18-19 « Recommande-leur de faire le bien, d'être riches en bonnes œuvres, d'avoir de la libéralité, de la générosité, et de s'amasser ainsi pour l'avenir un trésor placé sur un fondement solide, afin de saisir la vie véritable. »

Source: www.amourdelaverite.com

Lire aussi: L'Eglise et la dîme